• Admin

Fin d'année en beauté



Une année riche en émotions, belle, forte, intense, pleine de sourires, d'avancées, de joie, de beauté, de progrès et de sérénité.

Si je devais vivre pour toujours j'aimerai que chaque année soit celle-ci.

Il y a des moments dans la vie où l'on reçoit beaucoup plus qu'on ne puisse espérer un jour.

Chacun de nos choix nous mènent quelque part. Ce quelque part nous appartient totalement et définitivement mais nous avons la possibilité de l’influencer.

Trois années Brésil, trois années incroyablement diverses et enrichissantes.

La première en bizutages, la seconde en construction, la troisième en accomplissements.

La vie n’est certainement pas un long fleuve tranquille. Il n’y a pas de fleuve tranquille. Il y a des fleuves qui font avec les orages, qui sortent de leur lit, qui font des rivières, qui nourrissent les hommes, les bêtes et les plantes, qui peuvent s’assécher en été et se remplir en hiver, il n’y a « en soi » que des fleuves qui vivent, qui changent mais qui au final n’ont qu’un seul désir, rejoindre la mer, se fondre dans l’eau salée, celle la même source de la vie sur Terre.

Depuis longtemps, j’avais cette envie de changer le cours de ma vie. Le changement n’est, pour beaucoup, pas une chose facile. Il implique de sortir de sa routine de vie, celle que l’on ne connaît que trop bien, celle qui vous rassure, même si elle ne vous rend pas heureux. ll vous implique mais implique aussi votre entourage qui refuse tout comme vous de changer, tout simplement parce que ça bouscule trop de schémas de pensées inscrits depuis trop longtemps dans le marbre.

Ce désir de changer de vie, il m’est apparut comme une évidence alors que j’étais enceinte de quelques mois. Que fais-je là dans cette société de surconsommation, de guerres et de déchéance de soi ?

Parce que oui, lorsque l’on est enceinte on prend toute la mesure du monde dans lequel on vit. On pleure beaucoup parce qu’on s’aperçoit d’un seul coup que la vie ce n’est pas forcément ça.

A cette époque, je voulais aller vivre dans une réserve en Afrique, m’occuper des animaux en voie de disparition. Evidemment, c’était juste impossible, j’allais mettre au monde une enfant, mon amoureux était en pleine ascension professionnelle, partir aurait été pris non seulement comme une action démentielle mais aussi comme une traitrise infamante. Je ne regrette pas de ne pas être partie, je n’étais pas encore prête.


Ce long chemin de conscience ne se fait pas en un jour. Il prend racine à un moment particulier de votre vie et fait son petit bout de chemin suivant votre niveau d’apprentissage de conscience. Presque vingt ans pour moi.

Je remercie d’ailleurs beaucoup cette grande avancée qu’est internet car elle m’a permit d’accélérer ce processus de pensées, comme je remercie aussi quelques auteures qui m’ont aidées à me révéler.

Si la surconsommation mercantile s’est aggravée avec l’apparition d’internet, il a aussi permit une « sur consommation » de données d’informations dont celle de la pleine conscience. J’ai bon espoir pour les années à venir que grâce à cet outils, le monde devienne meilleur.

J’ai appris grâce à lui, entre autres ouvertures d’esprit, comment construire un bio digesteur, j’ai appris la permaculture, j’ai réussi ma piscine écologique, j’y ai puisé maintes idées et solutions, je me suis ouverte sur le monde, j’ai regardé votre année sur Facebook, j’y ai vu toute l’horreur du Monde aussi…

Mais j’y ai vu, comme vous, plus souvent de très bonnes nouvelles : Les animaux ont bien une conscience, les plantes aussi, de nouvelles inventions technologiques pourront certainement sauver le Monde, les Hommes savent plus donc l’être humain est en phase de progression cérébrale, les Hommes qui savent déjà apprennent plus et sont donc en phase de connaissance accélérée, beaucoup de médecines parallèles sont reconnues, le travail sur soi devient plus accessible, le changement est donc possible !


Même si une partie du Monde reste dans le noir, il y a trop de couleurs en pleine lumière pour que l’obscurité prenne le dessus. Dans les événements terribles de 2015, j’y ai vu aussi beaucoup d’avancées « morales ». Des lueurs de conscience hyper positives. Je pense particulièrement à cette pensée qui fait qu’on ne peut pas répondre au mal par le mal. Ca demande beaucoup de réflexion, notre envie première est plus souvent de mettre fin à l’horreur par la violence. Les familles de victimes ont souvent cette position, de grand-es intellectuel-les et penseurs comme de total inconnu-es aussi. Nous avons appris dans ces moments douloureux que l’être humain ne pouvait que s’améliorer en bannissant toutes les formes de violence de sa pensée. La résilience est donc en marche et c’est une excellente nouvelle.


J’ai aussi été en colère cette année, comme beaucoup. Mais de cette colère, j’ai appris qu’elle ne valait rien. Elle nous dessert, nous enserre dans un schéma de pensées négatives qui annule toutes réflexions logiques. Car il nous faut comprendre l’autre pour avancer nous même. Parfois, nous nous égarons sur notre ego, alors qu’avec de la compréhension, la vie est tellement plus simple et agréable.

Il me faut encore travailler, apprendre et progresser, ce qui fait de ma vie une éternelle salle de classe et ce qui la rend intéressante et vivifiante.

J’ai aimé cette année, pleine de promesses et de richesses intellectuelles.

J’ai aimé cette année, pleine de rencontres et d‘échanges amicaux.

J’ai aimé cette année, pleine de croissance végétale et animale.

J’ai aimé cette année source de vie.

J’espère pour vous et la Terre entière un plein accomplissement de soi pour les années à venir.

Merci à mes gentils guests pour tout le bonheur que vous m'avez apporté.

A year full of emotions, beautiful, strong, intense, full of smiles, joy, beauty, progress and serenity.

If I were to live forever I will like that every year.

There are moments in life when one receives much more that we can not hope to one day.

Each of our choices lead us somewhere. That somewhere is our totally and definitively but we have the opportunity to influence it.

Brazil three years, three years incredibly diverse and enriching.

Hazing in the first, the second building, the third in accomplishments.

Life is certainly not a bed of roses. There is no bed of roses. There are big rivers that are with thunderstorms, which overflow their banks, which are become some little rivers, which feed men, animals and plants, which can dry out in summer and in winter to fill there has as rivers living, which change but in the end have only one desire, reach the sea, blend in salt water, that the source of life on Earth.

For a long time I had this desire to change the course of my life. The change is, for many, not an easy thing. It involves getting out of his routine life, that which we know only too well, one that reassures you, even if it does not make you happy. It involves you, but also implies that around you just as you refuse to change, simply because it shakes too much thought patterns registered for too long in stone.

This desire to change his life, he has appeared to me as obvious as I was a few months pregnant. What am I doing here in this consumer society, wars and self-deprivation?

Because yes, when you are pregnant is taken wherever the world in which we live. We cry a lot because we realize at once that life is not necessarily that.

At that time, I wanted to live on a reserve in Africa, take care of endangered animals. Obviously, it was just impossible, I was going to give birth to a child, my love was in full professional ascension, was taken from not only as an insane action, but also as a shameful betrayal. I do not regret not gone, I was not ready yet.

This long road of consciousness does not happen in one day. It is rooted in a particular time of your life and made her little way of learning according to your level of consciousness. Almost twenty years for me.

I thank also much this great advance is the internet as it allowed me to accelerate this process of thought, as I also thank some authors * who helped me to reveal to me.

If the mercantile consumption has worsened with the advent of internet, it also allowed an "over consumption" of information data including that of mindfulness. I am hopeful for the future thanks to this tool, the world a better place.

I learned from him, among other openings of mind, how to build a bio-digester, I learned permaculture, I managed my ecological swimming pool, I have drawn on many ideas and solutions, I am open to the world, I watched your year on Facebook, I saw all the horror of the World also ...

But I saw, like you, usually very good news:

Animals have also a conscience, plants too, new technological inventions will certainly save the world, the human knows more so his brain is in phase progression, the human who already knows are learning more so he is in phase accelerated knowledge, many alternative medicines are recognized, work on oneself becomes more accessible, change is possible!

Although part of the World remains in the dark, there are too many colors in bright light to darkness takes over. In the terrible events of 2015, I saw too many advanced "moral". Hyper aware of positive glimmers. I think particularly at the thought which we can not respond to evil with evil. It takes a lot of thought, our first desire is usually to end the horror by violence. The families of victims often have this position, big intellectuals, thinkers and like total unknowns too. We learned in these painful moments that human beings could only get better by banning all forms of violence of his thought. Resilience is on and this is great news.

I was also angry this year, as many. But this anger, I learned that she was worthless. It serves us, encloses in a pattern of negative thoughts that cancels all logical thinking. For we must understand the other to advance ourselves. Sometimes we go astray on our ego, while with understanding, life is so much easier and enjoyable.

I must still work, learn and progress, which made my life an eternal classroom and what makes it interesting and invigorating.

I liked this year, full of promise and intellectual riches.

I liked this year, full of meetings and friendly exchanges.

I liked this year, full of plant and animal growth.

I liked this year source of life.

I hope for you and the whole Earth full self-fulfillment in the coming years.

#conscience #progrés

CASTELOVENDÔM

© logo-CasteloVendom.com, parajuru, Kite-surfing, horse-riding, massage, shiatsu, capoiera, tai chi, buggy trip on the beaches, jangada boat and yacht, cities discovering…   Or just relaxing, tanning and swimming in the Castelo Vendôm ecologic pool or in the Parajuru lagoon...  All you need, can be reserved for you !

CONTACT

US

vendom.hotels@gmail.com

Tel. +55 85 9996 16868

CASTELO VENDOM
Parajuru Ceara 
62848-000 Brazil

VISIT

US

On reservation only
Please contact us before visiting

FIND

US

© bannière-CasteloVendom.com
bannière-CasteloVendom-bas